DSC02302.jpg
DSC03350.jpg
DSC03134.jpg
DSC00290.jpg
DSC03202.jpg
DSC08669.jpg
DSC08355.jpg
DSC05191.jpg

“Ce monde-ci est lié d’une manière nécessaire aux mouvements du monde supérieur. Toute puissance, en notre monde, est gouvernée par ces mouvements.”  (Aristote)

 

Une même vie circule du microcosme au macrocosme. L’origine de chaque humain n’est pas quelque semences issues du champ des étoiles. Cependant, célestes nous sommes, puisque parties infimes d’une planète. Ni la terre n’est vile, ni le ciel n’est indifférent. Reconnaissons que la vie sur terre est une vie dans le ciel. Les astres vivent en nous, ils font corps avec les puissances de notre nature.

 

Pour un esprit rationnel qui la juge de l’extérieur, les affirmations de l’astrologie classique sont devenues impossibles à intégrer dans notre pensée scientifique. En ayant pris pleinement conscience de la condition terrestre de l’homme, l’esprit contemporain oublie singulièrement que l’homme est aussi céleste.

 

La pratique de l’astrologie repose sur l’interprétation de la carte du ciel natale de l’individu. Elle est son cliché dont les mesures sont prises à l’échelle de l’univers. La psychanalyse nous révèle qu’un dynamisme intérieur pousse la psyché à la réalisation de sa destinée; l’homme se porte d’instinct vers ce qui est en lui. Aussi, son devenir ne dépend pas tellement des circonstances extérieures. En réalité, il choisit, entre les occasions qui se présentent à lui, celles qui sont conformes à sa nature. 

 

L’astrologie est encore une connaissance qui se cherche, et qui ne peut, en aucune façon, avoir la prétention de satisfaire l’avidité du savoir humain sur le terrain même où elle s’exerce. Elle est comme les autres connaissances humaines qui ont encore beaucoup à découvrir.